ACTUS

Interview : Zoom sur le SAMELY, un service en pleine expansion

LE SAMELY
Interview : Zoom sur le SAMELY, un service en pleine expansion
Avr 10, 2019

A l’origine de la création du Service d’Accompagnement des Mères Lycéennes (SAMELY), Florence Cornu – directrice du médico-social aux PEP75 – dirige aujourd’hui le service en lien avec la coordinatrice interdépartementale, Mélanie Jacquemond. En 2019, Le SAMELY, jusqu’alors présent dans 3 départements (75, 91 et 77), s’est déployé dans le 93.

Florence, pourriez-vous nous préciser l’origine de ce projet innovant ?

A Paris, depuis plus de 20 ans, Les PEP 75 gèrent le Service d’Assistance Pédagogique à Domicile (SAPAD). Dans ce cadre, nous avons fait le constat d’un décrochage scolaire important pour les élèves enceintes, malgré la mise en place de cours à domicile.

En 2013, avec le soutien du conseil régional d’Ile-de-France, nous avons créé le SAMELY. Ce service propose un accompagnement pour éviter le décrochage scolaire, permettre une meilleure insertion des jeunes femmes et travailler avec les partenaires sur les questions sociales et de santé. Entre 2013 et 2018, nous avons étendu le service en Seine et Marne puis en Essonne, avec le soutien des PEP77 et PEP91. Depuis le mois de janvier 2019, nous proposons également nos services aux lycéennes de Seine-Saint-Denis.

Concrètement, quelles sont les missions du SAMELY ?

Nous visons 3 objectifs :

  • Lutter contre le décrochage scolaire des lycéennes enceintes ou mères
  • Soutenir la jeune femme dans l’élaboration du projet d’orientation scolaire ou d’insertion professionnelle
  • Lutter contre l’isolement des jeunes mères, notamment celles d’entre elles qui vivent dans des conditions précaires

En Ile-de-France, quel est le maillage du service ?

  • Le service est déployé dans 4 départements : Paris, la Seine-et-Marne, l’Essonne et la Seine-Saint-Denis.
  • L’équipe se compose d’1 ou 2 référentes par département, d’1 coordinatrice interdépartementale et d’1 directrice
  • Nous comptons au total 180 accompagnements en moyenne sur les trois départements. En 2019, avec la création de l’antenne SAMELY en Seine Saint Denis, nous pensons suivre entre 210 et 230 jeunes.

A qui s’adresse le SAMELY ?

Nous accompagnons toutes jeunes femmes enceintes rattachées à un établissement scolaire ou déscolarisées depuis moins d’un an. Cet accompagnement dure six mois et est renouvelable trois fois au maximum.

Quelles sont les modalités de cet accompagnement ?

L’accompagnement, gratuit et basé sur la libre adhésion, débute une fois le délai légal d’IVG passé.

Il prend deux formes différentes, un accompagnement individuel à domicile dans les établissements ou chez nos partenaires. Il est renforcé par différentes actions collectives complémentaires : des stages de révisions scolaires, des séjours de remobilisation scolaire et de prévention, des séjours de soutien au lien mère-enfant ou encore des sorties à la journée à destination des mères et des pères durant les vacances.

Quels sont vos champs d’action ?

Les problématiques rencontrées sont multiples : continuité scolaire, parentalité, développement de l’enfant, violence faite aux femmes, protection de l’enfance… La question du diplôme est également centrale, surtout en France. Ce public fragile a donc d’autant plus besoin de sortir du système scolaire avec une formation qualifiante.

Notre travail en partenariats avec les services de santé, les services sociaux, les établissements scolaires, les centres d’hébergements, la PMI, les hôpitaux (etc.), est la clé de la réussite pour proposer des solutions adaptées à ce public sur les différentes problématiques qu’il présente. Le rôle du SAMELY n’est pas de se substituer aux dispositifs déjà existants mais de faire du lien avec les professionnels de proximité ou bien de compléter leur action si besoin.

Un petit mot pour conclure ?

Nous pensons que ce service nécessite une attention soutenue des pouvoirs publics. En 2019, de nombreuses mères adolescentes dorment, avec leurs bébés, dans des logements précaires, sans accompagnement social adapté . C’est une situation qui doit tous nous alarmer et à laquelle nous devons impérativement faire face.

« Ils parlent de nous »

Article du Parisien sur Le Samely

Article du Parisien sur Le Samely

Elles sont mamans mais la rentrée scolaire, ce sont elles qui l’ont faite, pas leurs enfants. Article du Parisien par Hélène Haus